L’apprentissage du xiangqi ou l’ethnographe comme auteur

devenir-chercheur« L’apprentissage du xiangqi ou l’ethnographe comme auteur » par Thierry Wendling

Article récemment paru dans l’ouvrage dirigé par Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp, 2013. Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Paris, Ed. de l’EHESS. pp. 201-214.

Rassemblant 28 articles, « ce livre aborde tous les aspects de la vie du jeune chercheur » de manière très pratique. Comme les éditeurs m’avait demandé de contribuer à la partie « Le jeune chercheur face à ses écrits », j’ai associé le début d’une ethnographie du jeu d’échecs chinois (le xiangqi) à des éléments de réflexion sur l’écriture ethnographique.

Premières lignes : Il me vient parfois des idées étranges. Pour honorer la demande d’un texte sur l’écriture ethnographique, je décide de ne pas me cantonner à l’énoncé de conseils généraux, mais de mettre plutôt en œuvre les quelques idées que je peux avoir sur la question dans une ethnographie que je ferais pour l’occasion. Comme je suis censé être spécialiste du jeu d’échecs occidental (Wendling, 2002. Ethnologie des joueurs d’échecs. Paris, PUF), je me persuade d’en découvrir la variante orientale en partant enquêter en Chine. […]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *