Journée : « Des graines et des maths », 9.4.2014

Image 11EHESS – CRH – Séminaire d’ethnomathématiques

Journée d’étude « Des graines et des maths »

Organisée par Marc Chemillier, Éric Vandendriessche et Sophie Desrosiers

Le mercredi 9 avril 2014 de 10h à 18h (Le France, 190 av. de France, salle du conseil B)

 Cette journée est consacrée aux activités à caractère mathématique dans lesquelles interviennent des manipulations de graines. Qu’il s’agisse de jeux de semailles ou de manipulations de tableaux de graines à usage divinatoire, ces pratiques peuvent être analysées comme impliquant à la fois des « calculs » et une très bonne connaissance de certaines configurations spatiales.  « Nombres et géométries » s’articulent ainsi dans ces activités, ce qui est au cœur de la thématique du séminaire cette année. Par une approche interdisciplinaire (ethnomathématique, psychologie, anthropologie,…), et en nous intéressant à plusieurs aires culturelles (Côte d’Ivoire, Madagascar, aire Touaregs, Kazakhstan), nous chercherons à expliciter les aspects mathématiques et psychologiques de ces activités, tout en nous intéressant à la façon dont elles s’insèrent dans le tissu social des sociétés qui les pratiquent.

 Marc Chemillier (EHESS-CAMS) : « Jeux de graines pour la divination »

On présentera un sujet classique de l’ethnomathématique, la géomancie malgache. Cette activité comporte deux artefacts : une disposition de graines sur une natte qui sert de support à l’élaboration de connaissances mathématiques. On s’interrogera sur le rôle du geste servant à manipuler ces artefacts qui permet de véhiculer la pensée, c’est-à-dire qui intervient comme une sorte d’«écriture orale». On verra également que la structure mathématique du système peut être reliée à son usage social et expliquer, en partie, dans une perspective d’anthropologie cognitive, la conservation des croyances qui lui sont attachées.

Luc Tiennot  (doctorant, Univ. de la Réunion) : « Les jeux de semailles de Madagascar ».

Je commencerai par rappeler ce qui fait l’originalité des jeux de semailles de type solo pratiqués à Madagascar, différents des wari et de leur variante awélé, assez bien connue en Europe. Je présenterai une ethnographie menée des/DANS LES Hautes Terres en pays merina et betsileo vers la côte Sud-Ouest, aux environs de Manakara. De nombreuses séquences filmées et leur analyse seront l’occasion de présenter des variantes jamais décrites et de préciser certaines règles. Ce travail, rapproché d’autres terrains que j’ai menés sur la côte ouest, nous permettra aussi de modifier la limite jusqu’ici communément admise pour la zone de diffusion des jeux de semailles à Madagascar. ENFIN, je présenterai l’intérêt de l’utilisation de ces jeux en formation d’enseignants de l’école primaire.

Jean Retschitzki (Univ. de Fribourg, dépt de psychologie) : « Aspects cognitifs chez les experts des jeux de semailles »

Après un bref rappel des règles de l’awélé («le jeu de calculs africain», selon Deledicq et Popova) et de ses principales caractéristiques, quelques résultats des recherches psychologiques menées en Côte d’Ivoire et en Suisse sur les stratégies des joueurs seront présentés. Les techniques de dénombrement des jeunes enfants et leur évolution avec l’âge seront évoquées. Les affirmations de Béart (1955) sur l’importance de la mémoire seront discutées.
Une deuxième partie sera consacrée à l’analyse de quelques concepts et situations propres à ce jeu, en mettant l’accent sur leurs aspects mathématiques. En particulier les situations de fin de partie seront abordées; dans les parties des meilleurs joueurs elles jouent un rôle crucial. Il sera démontré que le concept d’«avantage des coups» élaboré par les joueurs ivoiriens est clairement de nature mathématique.
En troisième lieu sera abordée l’actualité de la pratique de ce jeu et de jeux de la même famille (mancalas). L’absence de toute organisation internationale crédible contribue à retarder la souhaitable diffusion des bonnes règles. Seront évoqués les résultats de quelques tournois internationaux qui ont vu l’émergence de bons joueurs kazakhs. Ces résultats permettent de remettre en question la suprématie des joueurs d’origine africaine, récente ou plus ancienne.

 

Éric Vandendriessche, lab. SPHERE, Univ. Paris Diderot & CNRS

Marc ChemillierSophie Desrosiers, EHESS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *