Brève note de lecture. « Règles et transgressions. Trois articles d’Ethnologie française »

ETHN_144_L204Brève note de lecture : « Règles et transgressions. Trois articles d’Ethnologie française, 2014-4″

Le hasard des propositions spontanées fait que le dernier numéro de la revue Ethnologie française (2014 / 4 consacré à « L’ethnologie du littéraire ») livre trois articles qui mobilisent le thème du jeu.

Audrey Tuaillon Demésy y propose une analyse de «l’histoire vivante médiévale», un loisir dont les adeptes se réunissent pour re-créer des manières de faire passées à l’occasion de «reconstitutions historiques» ou dans l’exercice des «arts [appelés par les acteurs eux-mêmes] martiaux historiques européens» (AMHE). Son observation souligne bien les paradoxes de ces activités. D’un côté, les «mêlées» en costumes d’époque sont présentées aux spectateurs comme de vrais combats alors même que les «reconstituteurs» sont incités à respecter le scénario et à éviter tout geste dangereux. D’un autre côté, les AMHE hésitent entre une sportivisation (évidemment moderne) et un respect de l’authenticité historique qui semble cependant bien compromise au vu des dispositifs de sécurité qui font que les combattants portent notamment des masques d’escrime.

C’est sur un tout autre «champ ludique» que Géraldine Comoretto apporte un éclairage d’une grande finesse. Elle a en effet observé au plus près les «usages du jeu à la cantine» dans trois écoles primaires. Alors même que panneaux, règlements intérieurs et animateurs y répètent incessamment qu’on «ne joue pas avec la nourriture», le jeu ou plutôt les jeux se révèlent de fait omniprésents. L’auteure détaille les jeux avec la nourriture, avec les objets et avec les jouets que certains enfants apportent avec eux. L’article offre matière à réflexion sur de nombreux sujets, notamment sur la sociabilité et sur la tension entre règles et transgression ; il donne aussi à réfléchir sur le rapport à l’histoire et à la transmission avec des jeux immémoriaux (le lancer de nourriture), d’autres historiquement datés (lire son âge au fond d’un verre Duralex, depuis 1946), ou très récents (les bracelets Bandz «à mémoire de forme» qui favorisent des «échanges intersexes et interclasses»).

Avec «Des enfants, des fous, des chiens», Nadège Mézié nous plonge dans la réalité du monde rural en Haïti. Elle y décrit avec, me semble-t-il, sensibilité et objectivité un sujet délicat à appréhender, celui de la violence qu’enfants et adolescents exercent parfois dans leurs jeux. Dans les mornes (collines) où elle a mené son terrain, il arrive en effet que les jeunes s’attaquent par des mots, mais aussi par des coups, à «l’idiote» ou à la «folle» du village. Loin de condamner pareille attitude, les adultes «applaudissent aux trouvailles langagières de leur progéniture» et ce n’est que quand les coups manquent de retenue qu’ils interviennent pour faire cesser la scène. Les mêmes enfants et adolescents se livrent aussi parfois à une chasse collective aux chiens errants qui aboutit à leur mise à mort. Selon l’analyse que l’auteure propose, ces «actions de violence ludique» sont en même temps des jeux très «sérieux» car les enfants y manifestent d’une part la volonté d’une normalité psychique face à la folie et d’autre part le souci de défendre la survie économique de la communauté (car les chiens errants s’attaquent au petit bétail, seule « richesse » d’une société paysanne confrontée à une grande précarité).

A travers des thématiques et des degrés d’approfondissement différents, ces trois articles soulignent ainsi l’intérêt de considérer comment le rapport entre règles et transgressions s’inscrit souvent dans une tension constitutive du jeu.

 

Géraldine Comoretto. 2014. « Des usages du jeu à la cantine », Ethnologie française, no 4, pp. 707-717

Nadège Mézié. 2014. « Des enfants, des fous, des chiens. Des jeux brutaux et sérieux dans les mornes haïtiens », Ethnologie française, no 4, pp. 719-724

Audrey Tuaillon Demésy. 2014. « L’histoire vivante médiévale. Pour une ethnographie du « passé contemporain » », Ethnologie française, no 4, pp.725-736


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *