Journée « Jeu fatal », La Rochelle, 20-21.11.2014

« JEU FATAL. Joueurs et désastres : approches croisées en histoire et sciences sociales »
Journée d’études organisée par le CRHIA

La Rochelle, 20 et 21 novembre 2014

le programme en pdf : LaRochelle_2014_prog-jeu-fatal i-Bruehel-rixe2

Faculté des Lettres, Langues, Arts & Sciences Humaines
(FLASH), 1 Parvis Fernand Braudel,17000 La Rochelle. Salle B 105.

Contact : Isabelle Marchesseau / 05.46.45.85.59
isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

 

 

Présentation de la journée par Charles Illouz et Pierre Prétou

La rencontre scientifique s’engage dans une relecture interdisciplinaire – histoire et sciences sociales – d’Homo Ludens, l’essai pionnier de Johan Huizinga. Nous éprouverons ici son travail auprès d’une série d’études qui investiront tout particulièrement une thématique destructive survenue à l’occasion des pratiques de jeu ayant entraîné le fiasco, la ruine de l’honneur, le désastre patrimonial, la rixe-homicide – des aspects peu investis par l’historien néerlandais – c’est-à-dire des engrenages menant à cette fatalité qui résulte parfois de contextes initialement supposés ludiques par les acteurs.
Dans sa définition liminaire, Huizinga décrivait la forme du jeu « comme une action libre, sentie comme « fictive » et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d’absorber totalement le joueur ; action dénuée de tout intérêt matériel et de toute utilité ; qui s’accomplit en un temps et dans un espace expressément circonscrits, se déroule avec ordre selon des règles données, et suscite dans la vie des relations de groupes s’entourant volontiers de mystère ou accentuant par le déguisement leur étrangeté vis-à-vis du monde habituel ». L’essai de Huizinga déborde ensuite remarquablement cette définition, laquelle nous permet toutefois d’orienter cette journée vers un point que le seul aspect ludique du jeu ne permet pas de dévoiler. En effet, l’angle d’attaque de l’historien néerlandais renvoie à l’attente subjective qui, relevant les « règles données », s’inscrit dans « des relations de groupes » sociaux particuliers, sans viser un « intérêt matériel » quelconque. S’il ne s’agit pas ici de redonner une place à l’intérêt matériel au sein du jeu, nous souhaitons examiner les situations de jeux de toute sorte où s’accomplit une production de valeur : position sociale conquise ou confortée, accumulation de biens favorisée par la maîtrise des règles du jeu.
C’est dans ce contexte que seront présentées des études révélant le désastre : une déchéance sociale issue d’une prise de risque inconséquente, la perte de la vie elle-même, ou – comme y invite une observation de Pierre Bourdieu – l’inégalité devant la règle renvoyant au « degré d’incorporation de la norme légitime » favorisant les plus savants qui s’autorisent « les jeux avec la règle » quand d’autres sont « voués à l’exécution de la règle ». Au regard d’enjeux sociaux particuliers, les cas observés de simulacres et de leurs portées efficaces pourront également être abordés. La rixe-homicide commise à l’occasion d’une pratique de jeu constituera une entrée évidente pour l’étude du jeu fatal et, à travers elle, l’observation des logiques de l’honneur qui y avaient été engagées. Les études développerons des exemples de jeu ayant entraîné d’autres issues fatales pour les joueurs : conflits, déchéances, suicides, destructions catastrophiques du patrimoine. Elles viseront également les préventions protégeant les joueurs de telles conséquences. Les exemples proposés seront trouvés sur le terrain de l’histoire, de l’ethnologie, de la sociologie et de l’économie. Ils n’excluront ni les figures marginales ou exceptionnelles, ni les cas d’école. L’objectif de cette rencontre reposant sur le croisement de l’histoire – de l’Antiquité à nos jours – et des sciences sociales, un débat croisé est attendu à l’occasion de deux ateliers répartis sur deux demi-journées.

 

Programme

Jeudi, 20 novembre 2014, 14h00
Salle B 105
13h45 : accueil des participants
14h00 : Laurent VIDAL (PR Histoire contemporaine, dir. adj. du CRHIA) : allocution inaugurale
14h10 : Charles ILLOUZ et Pierre PRÉTOU : introduction.

14h30 :

Pierre PRÉTOU (MC Histoire médiévale, La Rochelle) : Rixes-homicides sur le terrain de jeu à la fin du Moyen Âge dans le royaume de France.
Roberte HAMAYON (Dir. études Anthropologie, EPHE) : Quand le pire « désastre » serait de ne pas « jouer » : ré-flexions sur l’enjeu du « jouer » à partir de données sibé-riennes.
15h25 : débat et pause

16h00
Mathieu SOULA (PR Histoire du droit, Reims) : « A la campo ! » : jeu de guerre et jeu de pouvoir à Toulouse au milieu du XVIIIe siècle.
Charles ILLOUZ (PR Anthropologie, La Rochelle) : Rire de ceux qui pleurent : la comédie du malheur et son coût en Mélanésie.
16h45 : débat.

Vendredi 21 novembre 2014, 9h00
Salle B 105
8h45 : accueil des participants.
9h00
Laurent AUGIER (MC HDR Sciences économiques, La Ro-chelle) : Jeu et catastrophe: les limites de l’homo oeconomicus ?

Hélène MÉNARD (MC Histoire romaine, Montpellier III) : Perdre au jeu dans la Rome antique : du déshonneur à la mort.
9h45 : débats et pause
10h30
Thierry WENDLING (CR Anthropologie, EHESS) : Du jeu à la rixe et réciproquement. Contrat ludique, règles, provocations et autres ingrédients d’une rencontre pas tou-jours anodine.
Jean-Lucien SANCHEZ (CR Histoire contemporaine, Minis-tère de la Justice) : Au risque de la « Marseillaise » : la pratique du jeu au bagne de Guyane, XIXe-XXe siècle.
11h15 : débat
Charles ILLOUZ et Pierre PRÉTOU : conclusions


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *