Appel à com : Regards croisés sur le ludique dans la littérature contemporaine (DL 15.12.2012)

Appel à contributions APFUCC Congrès 2013

Comme chaque année depuis 1958, l’Association des Professeur.e.s de français des Universités et Collèges canadiens (APFUCC) organise un colloque annuel dans le cadre des rencontres de la Fédération canadienne des sciences humaines (FCSH).

 

Congrès 2013, Victoria University

Victoria, samedi 1 – mardi 4 juin 2013

 

Merci d’envoyer votre proposition de communication avant le 15 décembre par courriel au(x) responsables d’atelier (voir ci-dessous). Les responsables d’atelier transmettront leur avis à la direction de la programmation après l’examen des propositions (les soumissions acceptées le resteront, les propositions non acceptées seront examinées par un Comité d’évaluation indépendant pour décider de leur acceptabilité au titre de l’Atelier « Communications libres »).

La proposition doit inclure le titre et le résumé (environ 250 mots) de la communication proposée, votre nom, votre adresse postale et votre affiliation, ainsi que le titre de l’atelier en vue duquel la proposition est formulée.

Il faut être membre en règle de l’Association au moment de présenter la communication.

 

 

Renseignements pratiques:

http://www.fedcan.ca/fr/evenements/congres

http://www.apfucc.net/

 

[Parmi 11 ateliers]

Atelier 10. Regards croisés sur le ludique dans la littérature contemporaine

Qu’est-ce qui permet de qualifier une œuvre littéraire de ludique ? Les théoriciens du ludisme insistent généralement sur l’aspect social du jeu, notamment sur le positionnement de l’individu face aux règles de la collectivité (Huizinga, Caillois). Adaptée au domaine littéraire, cette approche du ludique réduit la littérature à une simple forme de divertissement, gommant toute expérimentation possible de nouveaux modes de « lisibilité » et de « lecturabilité » (Baetens, L’éthique de la contrainte : essai sur la poésie moderne 10-11). Pour certains critiques, le jeu est « un construit humain » (Henriot, Sous couleur de jouer : la métaphore ludique 224) qui ressort de l’ordre du social et du cognitif à la fois – social parce qu’il est un jeu à plusieurs (écriture collaborative; relation auteur-lecteur) ; cognitifparce qu’il est un « système hypothético-déductif » (Henriot 287) qui se définit par des modalités de personnalisation des règles du jeu dans chaque poétique d’auteur (calcul, esthétique). Ainsi, le texte ludique invite toujours le lecteur à entrer dans un double jeu de positionnement face à « un imaginaire en acte » (Henriot 156) qui se construit sur le modèle des possibles formels et humains, plutôt que sur celui de l’épuisement herméneutique. Dans son « Art du puzzle », Perec ne cherche-t-il pas à montrer que « seule compte la possibilité de relier cette pièce à d’autres pièces » (Perec, La vie mode d’emploi 15) et non pas le fait que « chaque pièce en soi (le petit carreau de céramique) ne signifie rien » (Poirier, « Segmentation : le commentaire entre abyme et mosaïque », dans Texte et discours : catégories pour l’analyse 250) ?

Cet atelier propose de délimiter six axes de recherche en vue d’une analyse des pratiques et enjeux du ludisme littéraire :

· Programmes d’écriture et programmation lectorale : des possibles textuels au probable du lecteur

· Modalités de construction du texte ludique : fragmentation, mosaïque, puzzle, etc.

· La littérature à contraintes : enjeux de la formulation de règles personnalisées face aux règles de la collectivité

· Les différentes formes de ludisme littéraire : Oulipo, Nouveau roman, Minuit, etc.

· Le langage et les schèmes collectifs figés sous la plume des écrivains ludiques : l’exploitation du « jeu » (dans le sens mécanique du terme) de ces derniers à travers l’humour, les jeux de langage et le court-circuitage du cliché et du stéréotype

· Le retour du récit dans le roman ludique : les particularités d’une littérature « joueuse » en prise avec le monde contemporain.

Les contributions portant sur tout genre littéraire sont les bienvenues.

 

Responsables :

Rob Inch – <mailto:rob.inch at utoronto.ca>, University of Toronto

Caroline Lebrec – <mailto:caroline.lebrec at utoronto.ca>, Études françaises, University of Toronto

Aimie Shaw – <mailto:aimie.shaw at mail.mcgill.ca>, Langues et littératures françaises, McGill University


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.