Appel à prop « Questionner le jouable » revue Interfaces Numériques (DL 31.12.2013)

Appel à proposition « Questionner le jouable » (D.L. 31.12.2013)

de la revue Interfaces Numériques Volume 4, n° 1/2015 à paraître en janvier 2015, numéro  dirigé par Sébastien Genvo et Boris Solinski

Dead Line pour la proposition : 31.12.2013

Texte de l’appel à contribution : Si comme le montre Jacques Henriot [1989], c’est avant tout l’attitude ludique adoptée par le joueur envers une situation qui en fait un jeu, on peut aussi souligner que dans la perspective de ce philosophe, « il faut que le jeu soit joué, mais pour qu’il soit joué, il faut d’abord qu’il soit jouable » [1989 : 108]. À la suite de cette réflexion, il précise par ailleurs, « je me propose de théoriser sous le nom de jouabilité ce qui, sur le plan purement structural, fait d’une situation un jeu potentiel » [1989 : 217]. Il serait ainsi possible de mettre en avant que certaines situations, certains objets, même s’ils ne sont pas nécessairement qualifiés de jeu, pourraient potentiellement être plus adaptés que d’autres à l’adoption d’une attitude ludique. À ce titre, à la suite du colloque Jeu et jouabilité à l’ère numérique (1) (Université de la Sorbonne, 8 décembre 2012), faut-il admettre que les interfaces numériques soient « ludogènes » (2) alors que, conjointement, le jeu (sur support numérique) n’est plus uniquement l’apanage de l’objet « jeu vidéo » (jeux sérieux, newsgames, etc.) ? En somme, l’objet jeu tend à déborder de lui-même : plus qu’un champ d’étude, le jeu devient aussi une manière d’analyser et de comprendre le monde.

Qu’est-ce qui fait qu’un objet, qu’une interface, qu’un dispositif numérique peut être jouable ou peut potentiellement être employé / considéré / reconnu comme un jeu ? Doit-on, comme le suggère Henriot, s’en tenir à des considérations « purement » structurales pour répondre à cette interrogation ? Cela pose notamment la question de la méthodologie mobilisable pour comprendre et analyser la jouabilité d’un logiciel. Par exemple, si certains auteurs proposent de faire des parallèles avec la notion d’utilisabilité (3) et l’ergonomie du numérique pour former un cadre d’analyse, d’autres formulent une définition du jouable qui se fonde avant tout sur l’épistémologie du jeu (4). À ce titre, il faut aussi noter que le terme de jouabilité, ne serait-ce que dans son sens commun, est polysémique, renvoie à de nombreux aspects d’une situation et tisse plusieurs associations avec d’autres termes ou domaines, qui sont souvent présentés comme proches ou équivalents. On peut par exemple relever que l’office québécois de la langue française (5) avance qu’il serait synonyme du terme anglais gameplay, mais qu’il reverrait aussi au plaisir de l’interaction, à la spécificité du médium vidéoludique par rapport à d’autres (cinéma, etc.), voire à l’expérience de l’utilisateur si l’on retient son équivalence avec la notion de gameplay (6).

L’objet de ce numéro 10 d’Interfaces Numériques est de remettre en perspective le jouable avec ce qui le fonde, non seulement d’un point de vue technologique, mais aussi au-delà et indépendamment de sa nature numérique, afin de dégager les spécificités de cette dernière. En somme il s’agit de questionner la notion même de « jouable ». Les auteurs pourront mettre l’accent sur l’apport de leur communication à la pensée du jouable et plus largement du ludique, comparant leur approche avec l’épistémologie du jeu et/ou du numérique, ou encore avec une pratique professionnelle ou artistique problématisée et théorisée (études de terrain, processus de conception, etc.). Plus encore, dans l’esprit de la revue, comprendre le jouable peut être saisi comme l’opportunité d’explorer l’interface entre le ludique et le numérique, par exemple ce que l’un pourrait devoir à l’autre, et inversement. Mais c’est la pluralité des approches qui fondera l’intérêt de ce numéro, le concept de « jouable » pouvant être envisagé dans toutes les perspectives possibles et selon toute méthodologie utile. Cet appel est ouvert à toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Les propositions de communication, dans une langue la plus claire et accessible possible, pourront entre autres aborder les thématiques suivantes (non exhaustives) :

– Définir le « jouable » (étymologie, épistémologie, etc.) et ses spécificités dans les dispositifs numériques.

– Positionner le jouable par rapport à d’autres concepts qui visent à comprendre l’évolution et les transformations des phénomènes ludiques dans le numérique (gameplay, gamification, ludicisation, etc.).

– Analyser des démarches de conception et de production (artistiques, pédagogiques, informationnelles, etc.) mettant au centre de leur réflexion le concept de jouabilité.

– Formuler des méthodologies d’analyse, d’évaluation, d’observation du jouable.

– Rendre et compte des applications possibles d’une théorie de la jouabilité, et son rôle dans les SHS.

(1) http://www.ludogene.net/

(2) Vial S., 2012, La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie, Thèse de doctorat en philosophie sous la direction de Michela Marzano, Université Paris Descartes.

(3) Voir notamment Sanchez J.L.G, Simarro F.M., Zea N.P., Vela F.L.G., « Playability as extension of quality in use in videogames », Actes du colloque I-Used 2009, Upssala, Suède, 2009

(4) Genvo S., 2011, « Penser les phénomènes de “ludicisation” du numérique : pour une théorie de la jouabilité », Revue des sciences sociales, 45, pp. 68 – 77, disponible en ligne : http://www.ludologique.com/publis/articles_en_ligne.html

(5) http://w3.olf.gouv.qc.ca/terminologie/fiches/8871656.htm

(6) http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8871656

Organisation scientifique

Les contributions se feront sous forme d’une proposition avec fichier attaché (dénommés : [NOM_Prénom de l’auteur]) au format .rtf, .doc, .odt ou .pdf, composée de 2 parties :

– un résumé de la communication de 4000 signes maximum, espaces non compris, ainsi qu’une courte bibliographie précisant les principales références utilisées ;

– un paragraphe biographique du ou des auteurs, mentionnant les titres scientifiques, ainsi qu’une brève note de positionnement scientifique incluant le terrain de recherche, la section de rattachement et la ou les approches utilisées.

La proposition est à envoyer par courrier électronique avant le 31 décembre 2013 à :

Sébastien Genvo (sebastien.genvo@gmail.com) et Boris Solinski (bsolinski@ican-design.fr).

La réception de chaque proposition donnera lieu à un accusé de réception par mail.

Calendrier – – 15 septembre 2013 : diffusion de l’appel à contribution – – 31 décembre 2013 : date limite de réception des résumés de propositions – – 1er mars 2014 : avis aux auteurs des propositions – – 30 juin 2014 : date limite de remise des articles – – Du 1er juillet 2014 au 15 septembre 2014 : expertise en double aveugle et navette avec les auteurs – – 30 novembre 2014 : remise des articles définitifs aux éditeurs – – janvier 2015 : sortie prévisionnelle du numéro 10 Modalités de sélection

Un premier comité de rédaction sélectionnera les résumés retenus et donnera sa réponse au plus tard le 1er mars 2014. L’article complet écrit en français et mis en page selon la feuille de style qui accompagne la réponse du comité (maximum 25 000 signes espaces compris) devra être envoyé par les auteurs en deux versions : l’une entièrement anonyme, l’autre conventionnelle, par courrier électronique le 30 juin 2014 dernier délai.
Un second comité de rédaction organisera une lecture en double aveugle et enverra ses recommandations aux auteurs au plus tard le 15 septembre 2014. Le texte définitif devra être renvoyé le 30 novembre 2014 dernier délai. Les articles qui ne respecteront pas les échéances et les recommandations ne pourront être pris en compte. Pour toute question, contacter Boris Solinski et Sébastien Genvo.

Comité de lecture – Etienne-Armand Amato, conseiller Technique de l’IHEST, Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie – Alexis Blanchet, MCF cinéma et audiovisuel, IRCAV, Université de la Sorbonne – Paris III – Maude Bonenfant, PR communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal – Gilles Brougère, PR sciences de l’éducation, EXPERICE, Université Paris XIII – Stéphane Goria, MCF sciences de l’information et de la communication, CREM, Université de Lorraine – Nancy II – Michel Lavigne, MCF arts plastiques, LARA, Université Paul Sabatier – Toulouse III – Patrick Mpondo-Dicka, MCF sciences du langage, LARA, Université de Toulouse – le Mirail – Brigitte Simonnot, PR sciences de l’information et de la communication, CREM, Université de Lorraine – Metz – Carl Therrien, PR adjoint études cinématographiques, Université de Montréal

Interfaces numériques est une revue scientifique publiée chez Lavoisier sous la direction de Benoît Drouillat et Nicole Pignier.

source : http://rin.revuesonline.com/revues/44/AAC_RIN_1_2015.pdf

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *